"Pittoresque rue piétonne aux façades chamarrées, paradis des chats et des blogueurs, la rue Crémieux se situe dans le quartier des Quinze-Vingts du nom de l’hôpital situé rue de Charenton. Elle relie la rue de Bercy à la rue de Lyon dans le XIIème arrondissement, à quelques encablures de la Gare de Lyon. Son charme bucolique doit beaucoup à l’initiative de ses heureux habitants qui ont repeints les coquettes bicoques de couleurs acidulées et tendres qui ne sont pas sans rappeler Portobello à Londres, l’île de Burano à Venise ou encore Valparaiso au Chili. Jardinières savamment entretenues et arbustes verdoyants, rosiers et hortensias prospèrent pour le plus grand bonheur des promeneurs, halte champêtre en plein cœur de l’émoi urbain."
Sur la première photo vous pouvez voir, sur la gauche, l'enseigne qui a fait l'objet de ma participation (ici) chez Patricia samedi.

_DSC7573

_DSC7578

 

"Tracée à l’emplacement des anciennes Arènes Impériales, lieu de divertissement de 1500 places très prisé au début du Second Empire, la rue est ouverte en 1865 par la Compagnie Générale Immobilière. Elle porte alors le nom d’avenue Millaud en référence à Moïse Polydore Millaud (1813-1871). Banquier, entrepreneur, cet homme très affairé est également patron de presse. C’est lui qui  créé en 1863 le Petit Journal, premier quotidien à un sou, ancêtre de la presse populaire mêlant actualités, politique, faits divers, romans-feuilletons rédigés notamment par Ponson du Terrail, auteur des aventures de Rocambole et Garboriau, considéré comme le père du roman policier. En 1897, cette jolie venelle est rebaptisée rue Crémieux, en hommage à Isaac Moïse dit Adolphe Crémieux (1796-1880) avocat et homme politique français, membre du gouvernement provisoire de 1848, célèbre pour le décret de 1870 qui porte son nom et donna la nationalité française aux juifs d’Algérie."

_DSC7048

_DSC7035

 

Construite sur le modèle des cités ouvrières, la rue Crémieux mesure à peine 144 mètres de long, pour 7,50 de large. Interdite à la circulation depuis 1993, ses pavés ne sont plus foulés que par les piétons et les nombreux félins peu farouches qui paressent au soleil.  A l’origine, les 35 petites maisons de ville ont été pensées à la façon des pavillons anglais avec cuisine en sous-sol et deux étages comprenant six pièces. Dans cette partie de la ville, durement touchées par la crue de 1910, on trouve des plaques commémoratives comme celle située au numéro 8 qui indique que l’eau a atteint le niveau record de 1m75 dans la nuit du 28 au 29 janvier. " source internet

_DSC7576

_DSC7585