Souvenirs

Dans les pages du "Parisien", ce matin, j'ai découvert un article signé Nicolas JURY  titré "Vingt quatre heures dans le ventre de Pékin" que je souhaite partager ici. En voici certains extraits :

"Il est 5 heures, Pékin s'éveille. Camionnettes et tricycles aux plateaux chargés de fruits et légumes prennent place sur les trottoirs du quartier de Qiangulouyuan, à moins d'un kilomètre de la Cité Interdite... Quelques automobilistes et piétons s'arrêtent pour faire leurs emplettes et prendre leur petit déjeuner.

Le thé a beau être la boisson nationale, on n'en sert pas à cette heure-ci. Mais, pour quelques yuans, on aura le choix entre une galette garnie d'oeufs, de la soupe de riz ou quelques petites brioches farcies à la viande, à déguster avec un bol de lait de soja... c'est encore en descendant dans la rue que l'on trouve de quoi manger.

Tout est une histoire de subtils dosages d'ingrédients, qui ont tous leurs vertus médicinales...

La seule chose qui soulève un peu le coeur, ce sont les  mao dan, ces oeufs incubés puis cuits dans lesquels le poussin est déjà formé. Une délicatesse croquante et ultra-protéinée paraît-il. dans ce marché, pas de chien, ni de chat, c'est surtout dans le Sudqu'on entrouve explique le guide originaire de Canton : la ville où tout ce qui a des pieds se mange, sauf les tables et les chaises...

En plein quatier d'affaires, des centaines d'échoppes  enfumées proposent aux touristes noctambules des brochettes de scorpions et d'insectes frits. du tofu fermenté, des minis requins grillés..."

p1000255

insectes_assiette

cuisine-insecte

cuisine-bestioles

A la lecture de cet article je n'ai pu que me souvenir...Il y a tout juste 30 ans, je rentrais d'un stage international à l'institut de médecine traditionnelle de Shanghaï. Je constate que la Chine traditionnelle reste attachée à sa culture, sa cuisine et  son mode de vie . A quelques détails près, cette Chine d'aujourd'hui est bien celle que j'ai connue en 1982.

A tous ceux et celles qui me suivent fidèlement depuis de nombreuses années

Photos empruntées à Internet.

(à suivre)