"Les Chinois avaient déjà répertorié une centaine de sortes de musicothérapie 5 siècles avant Jésus Christ. D'après François Picard, "la substance de la musique réside pour les Chinois dans le son....elle équivaut à une résonance, réponse spontanée, mise en mouvement de l'air, des souffles... elle est aussi le lien établissant l'harmonie de l'homme entre le ciel et la terre".

Les sages déclaraient que chaque organe interne de notre corps a son propre rythme et par conséquent vibrerait à un son qui lui est propre. A ces différents organes correspondaient les 6 sons suivants : Chui, Hu, Xi, Ke, Xu, Xia.

Plus tard sous la dynastie Tang (618-907) la théorie des cinq éléments fait son apparition.
Ces 5 éléments, le bois, le feu, la terre, le métal et l'eau, étaient associés aux cinq sons précédents. Puis, ces sons furent associés aux saisons, aux organes Yin et Yang. cette correspondance n'est pas le fruit du hasard, mais choisie en fonction des sons de la nature. Ce n'est pas le nom de la note qui détermine la correspondance mais son timbre ou plutôt la fréquence qui fait réagir tel ou tel organe. Les sons graves résonnent dans la région de l'abdomen ainsi que les organes qui lui correspondent tandis que les sons aigus résonnent au niveau de la tête." wikipédia

Afin d' illustrer ce volet de la philosophie chinoise, je vous propose l'information suivante ...

En ce moment et pendant tout le mois de mai à Paris, au Théâtre des Champs Elysées, se produisent "Les 100 violons tziganes de Budapest"

100 solistes réunis en un orchestre. Epoustouflant!. Le public tape des mains et chante, sur un programme brillant qui mêle violons tziganes hongrois et oeuvres classiques (Strauss père et fils, Liszt, Sarasate, Bizet etc...).

En tournée mondiale, cet orchestre enflamme la planète et nous n'avons pas échappé au phénomène. Bravo..

DSC_0699

 

DSC_0706

 

DSC_0717

Photos interdites dans le théâtre, sont présentées ci-dessus des photos prises sur le programme du concert.