A l'inverse de la philosophie grecque, qui privilégie l'étude des états de l'homme, la philosophie chinoise se penche avant tout sur le mouvement.
Pour les Chinois, la vie est un perpétuel mouvement : rien n'est jamais définitivement perdu, ni acquis. On n'oublie jamais que "demain sera un autre jour", ce qui donne une vision des choses très optimiste.

DSC_0387

Pour les mêmes raisons, on n'étiquette pas les êtres, comme on le fait si volontiers en Occident. Ainsi, par exemple, nul n'est gros à jamais et sans espoir de changement, et ce n'est pas non plus parce que l'on est issu d'une famille de bons vivants rondouillards qu'il est inévitable de suivre le même chemin.

Rien n'est fatalité et tout reste toujours possible.

L'Orient et l'Occident ont deux modes de pensée différents. Ainsi, l'Occidental observe l'univers qui l'entoure, tandis que l'Oriental fait partie intégrante de l'univers qu'il observe. C'est sans doute pour cela que l'expression "c'est du chinois" désigne chez nous quelque chose d'incompréhensible et d'impénétrable.

La sagesse chinoise a pour but le contrôle de soi, de son alimentation et de sa pensée. La pensée attirant l'action, il est primordial d'apprendre à différer la pulsion de la nourriture, d'autant que l'action engendre des habitudes, bonnes ou mauvaises. A nous de savoir gérer notre faim ou notre envie de manger et de trouver la paix de l'esprit garante du calme du corps donc de l'équilibre.

Chacun de nous doit s'éveiller à son corps avant que la maladie ne l'y éveille de force.. ou que les kilos excédentaires ne l'envahissent. La prévention passe par l'attention et la lucidité.


La première question que l'on doit se poser est la suivante :"Que puis-je pour moi-même?"

(à suivre)