DSC_0035

Parmi les raisons qui sont à l'origine des déséquilibres alimentaires, particulièrement dans notre vie actuelle, le "stress" occupe une place prépondérante.
La nourriture représente pour les personnes stressées une réponse calmante et devient alors l'équivalent d'un anxiolytique.

.Le mot "stress" est un mot anglais employé par H. Celye (1936) pour exprimer l'état réactionnel d'un organisme soumis à l'action d'un excitant quelconque.

Les termes français plus précis qui expliquent l'effet de stress sont : agression, stimulation, atteinte, choc, contrainte, pression, tension, émotion, commotion, déséquilibre, dépression, indisposition, malaise etc...

Quelquefois, le stress peut conduire à une véritable addiction : dépendance à l'alcool, au tabac, aux drogues ou à la nourriture. Il peut également conduire à la dépression et pourrait même être un co-facteur déclenchant d'un TOC ( trouble obsessionnel compulsif). Tout ceci se mettant en place insidieusement si nous n'y portons pas attention.

Les troubles divers pouvant être rattachés au stress sont : tachycardie, sueurs, tremblements, oppression respiratoire, migraine, mal de ventre...

Il y a des périodes de la vie qui sont plus difficiles par rapport au stress : quand il y a plus de moments de stress que de détente, quand notre degré de résistance (immunodéficience) est abaissé : la maladie, le manque de sommeil, des déficiences auto-moléculaires et surtout quand on a tendance à surestimer notre capacité à surmonter les problèmes de la vie. Il arrive un stade où l'on ne peut plus se détendre du tout. Alors les réactions physiologiques du corps liées au système nerveux orthosympathique (contractions musculaires externes et internes, accélération du rythme cardiaque) deviennent perceptibles.

La conséquence immédiate sera l'apparition de signes émotionnels (peur et angoisse, une activation cognitive et anxieuse, on se pose des questions sur la situation de ce qui arrive) et une baisse de la vigilance et du rendement (on devient confus et contre productif).

Si l'on reconnaît ce qui est en nous, il est encore temps de faire une pause. 

(à suivre dans un prochain article : la médecine chinoise face au stress)