IMG_9169On grossit toujours pour une seule et même raison : parce que l'on mange trop.

Mais on mange trop pour une foule de raisons... En effet, la nourriture dépasse largement sa simple fonction biologique - nous nourrir afin de nous permettre de survivre - pour englober tous les domaines de la vie sociale. Elle peut aussi servir de somnifère, d'antidépresseur, de tranquillisant, voire de drogue, de moyen de contrôle, d'instrument de pouvoir ou même encore de symbole de statut social... 

Les causes du grossissement

Les obésités d'origine métabolique ou hormonale représentent une proportion infime des problèmes de poids, même s'il paraît infiniment probable que certains patrimoines génétiques soient plus ou moins favorables au grossissement.

En revanche, nous sommes tous soumis à une  prédisposition génétique, en fait plutôt atavique : l'être humain compte au nombre de ses instincts les plus primaires, l'instinct de survie, la sienne et celle de l'espèce humaine. Il est donc programmé pour lutter contre la famine et survivre en période de disette. Faire un régime va à l'évidence à l'encontre de cet instinct basique, de ces prédispositions cellulaires. En clair, notre corps n'aime pas les régimes encore moins les régimes à répétition.

C'est pourquoi perdre du poids est une démarche difficile pour les personnes ayant vécu une guerre ou toute autre période de frustration intense. "La peur de manquer" peut conduire à se gaver par crainte du manque. Cela dit, on peut fort bien apprendre à gérer cet instinct, surtout quand on n'a manqué de rien!

Ne pas manger comme si une période de famine nous guettait!   (à suivre)